Sergueï Lavrov reproche à l’UE son attitude méprisante envers la Russie

23.12.2019

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a critiqué les autorités de l’UE pour leur attitude méprisante envers la Russie et la réticence de mener un dialogue équitable avec Moscou.

« Dans le vocable bruxellois, le terme « Europe » est devenu définitivement synonyme d' »Union européenne ». C’estprésenté comme s’il existait une « vraie » Europe – les membres de l’UE – alors que tous les autres pays du continent doivent encore mériter le « grand titre d’Européens », a écrit Sergueï Lavrov dans son article intitulé « Voisins européens. Russie-UE: trente ans de relations« , publié dans le quotidienRossiïskaïa gazeta

Le ministre russe voit la raison de l’attitude hautaine des politiques de Bruxelles dans le fait que la perspective paneuropéenne a commencé à être perçue uniquement à travers le prisme de « la victoire dans la Guerre froide », qui a été comprise par l’Occident comme une victoire sur la Russie. Au final, écrit le ministre, les principes de coopération équitable ont cédé la place aux « illusions que la sécurité euro-atlantique doit se construire uniquement autour de l’Otan, et que la notion même de l’Europe doit être associée uniquement à l’UE« .

« Il nous était proposé d’accepter des décisions déjà prêtes et préparées au sein de l’UE, qui ne supposaient ni leur discussion avec nous ni la prise en compte des intérêts russes – en d’autres termes, de se ranger dans le sillage et de suivre le « bon » cap, ainsi que d’accepter inconditionnellement l’interprétation des « valeurs universelles », a noté Sergueï Lavrov.

Le ministre a exprimé son indignation au sujet des résolutions de structures européennes plaçant un signe d’égalité entre les nazis et les guerriers soviétiques qui libéraient l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. « C’est une approche profondément vicieuse« , a-t-il indiqué.

Le chef de la diplomatie russe a décrit le programme européen Partenariat oriental comme étant dirigé sur le détachement de la Russie de ses voisins les plus proches : « Les conséquences regrettables de cette politique égoïstes se ressentent à ce jour. »

« Géographiquement, historiquement, économiquement etculturellement, la Russie faisait, fait et fera toujours partie intégrante de l’Europe. Dotés d’une identité unique, dont nous sommes fiers à juste titre, nous faisons partie de l’espace civilisationnel européen« , a conclu Sergueï Lavrov.

Plus tôt, le ministre russe a exprimé la volonté de Moscou de voir l’UE comme une entité unie et autonome, en balayant l’avis répandu dans les médias occidentaux que le Kremlin souhaitait l’effondrement de l’UE.

Source : Observateur Continental